29/01/2004

1278748122


22:09 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

La grenouille bleuePrière au bon forestier Nous vous e

La grenouille bleue

Prière au bon forestier

 

Nous vous en prions à genoux, bon forestier, dites-nous-le ! À
quoi reconnaît-on chez vous la fameuse grenouille bleue ?
À ce que les autres sont vertes ? À ce qu’elle est pesante ? Alerte ?
À ce qu’elle fuit les canards ? Où se balance aux nénuphars ?
À ce que sa voix est perlée ? À ce qu’elle porte une houppe ? À ce
qu’elle rêve par troupe ? En ménage ? Ou bien isolée ?

Ayant réfléchi très longtemps et reluquant un vague étang, le
bonhomme nous dit ; Eh mais, à ce qu’on ne la voit jamais.

 

Réponse au forestier

 

Tu mentais, forestier. Aussi ma joie éclate ! Ce matin je l’ai
vue : un vrai saphir à pattes ! Complice du beau temps, amante
du ciel pur, elle était verte, mais réfléchissant l’azur.

 

Extrait de : Ballades françaises de Paul Fort.


22:05 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/01/2004

L'eté - Théodore de Banville (1823-1891)

Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.

Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d'apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.


23:32 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2004

1278748122


10:29 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Jardin d'été - Marcek

La bignone penchée étend ses doigts vers moi
Et ses gants empourprés ont des reflets de soie.
L'olivier de Bohème, au bord de la piscine
Protège les baigneurs de l'ardeur assassine

Du soleil de l'été. Les lavandes en fleurs
Bourdonnent et se ploient sous l'incessante ardeur
Du charmant moro-sphynx, de l'abeille dorée
Du gros bourdon pataud, du papillon léger.

Le long des escaliers, le bleu des céanothes
Entoure les fuschias qui mettent une note
De mauve et de rosé au concert des couleurs
De mon jardin d'été, l'un de mes purs bonheurs.

Sous l'immense noyer à l'ombre si légère
La blancheur des arums se pare de mystère,
Et de la pergola, dégringolent les roses
Où le discret Myrtil, alangui, se repose.

Le bouleau lacinié accueille dans ses branches
La tourterelle amie, à la gorge si blanche,
Et tout en haut du cèdre, un corbeau tapageur
La nargue, le cruel, et veut lui faire peur!

Le sumac vénéneux et ses pourpres chandelles
Douces comme velours, arbore ses dentelles
De feuillages légers, près du grand Kolkwitzia
Que Mai nous avait mis en habit d'apparat.

Les prunus ont donné des prunes délicieuses
Au jus acidulé, à la chair si goûteuse,
Joli cadeau de l'arbre après la floraison
Qui offrait ses bouquets, tout près de la maison.

On déjeune au jardin, et le soir, on y dîne
S'offrant aux doigts légers d'une brise câline
Qui porte la senteur des lointains Buddléias...
Tout près du barbecue, fleurit l'Escallonia,

Et les grands lauriers-tins préparent patiemment
Les bouquets de l'hiver, somptueux ornements
De ces mois si frileux où Nature s'endort.
Quand, au soir, le couchant rutile de ses ors,

Le jardin, apaisé, s'anime d'un bruit d'ailes:
C'est, venant au bassin, la bande d'hirondelles
Qui plongent en criant pour aller s'abreuver
Et remontent au ciel, nous laissant à rêver...


00:23 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/01/2004

La grenouille - Pierre Caran

Une grenouille
Qui fait surface
Ca crie, ça grouille
et ça agace.

Ca se barbouille
Ca se prélasse
Ca tripatouille
Dans la mélasse,

Puis ça rêvasse
Et ça coasse
Comme une contrebasse
Qui a la corde lasse.

Mais pour un héron à échasses,
Une grenouille grêle ou grasse
Qui se brochette ou se picore,
Ce n'est qu'un sandwich à ressorts.


23:04 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La grenouille - Joseph Noé

Où est passée la grenouille
Qui dit le temps des saisons

En vacances ou en vadrouille

Elle a quitté la maison.

Elle emporta la fripouille,
Son grand sac à prévisions

Lors la météo s'embrouille

Les pinceaux,malédiction!

Le printemps tombe en quenouille
Frappé de déréliction

Ça grisaille, vente, mouille,

Ciel! quelle jubilation!
C'est la fête à la grenouille:

Il n'y a plus de saisons. 


22:58 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 



 

22:55 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

 


 

22:51 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

 



 

22:44 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 


 

22:40 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 


 

22:08 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Plusieurs dizaines de libellules de cette espèce sont nées

Plusieurs dizaines de libellules de cette espèce sont nées cet été dans notre jardin.
Elles sortaient chaque jour de la pièce d'eau dès le lever du soleil, et prenaient leur envol deux à trois heures plus tard.


21:43 Écrit par Monique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |